CONTACTEZ-NOUS

NOM ET PRÉNOM

EMAIL

TÉLÉPHONE (FACULTATIF)

OBJET

MESSAGE

×

2008

- THEATRE-DANSE

- SARCELLES

OTHELLO

Nous voulons avec ce spectacle ouvrir la jeunesse au théâtre classique en permettant à des jeunes non professionnels de se réaliser au travers de l'apprentissage d'un texte unique.
Les textes seront principalement en français tirées alternativement des traductions de François-Victor Hugo, Yves Bonnefoy, Germaine Landre.

Nous tenterons également d'injecter quelques passages dans la langue originale de Shakespeare afin que ce spectacle provoque aussi une ouverture linguistique.

Avec Othello nous touchons à une des Å“uvres les plus colossales du théâtre universel. on aborde un classique les plus difficiles du répertoire. C'est bien pour cela que nous avons choisi ce « monstre littéraire »; mettre la barre si haut, si inabordable pour des jeunes qui n'ont à priori pas accès à la chose culturelle. Nous voulons provoquer ici une sorte de défi, humain avant tout.

Chercher le dépassement de soi, et travailler dans un projet inaccessible.

C'est le plaisir de jouer ensemble, les méchants, les filous, de créer des situations tendues, de développer des ambiances désagréables, curieuses, où la pensée magique flotte.

Je voulais éviter de tomber dans le piège du décoratif de « l'historicisme ». Au fond, c'est l'idée de monter Shakespeare comme un auteur contemporain.

Ce travail est un objet de recherche fondamentale dans le langage, ses codes et ses signes. Ce qui est fascinant dans la pièce, c'est que tout passe par le langage, par des mots rayonnants qui se promènent, par des obsessions. Le thème de l'altérité évolue au cÅ“ur du récit, de cette peur de l'autre qui fait d'Othello - dont la peau noire est perçue comme synonyme de laideur - un barbare à craindre.

Chacun des personnages a, à un moment ou à un autre, une référence à sa peau, à son origine. Il y a une intériorisation de toutes les paroles haineuses. Elle conduit à des extrémités improbables, puisque le pouvoir de la parole instille le poison du doute au point de mener à la mort. Cette véhémence est propre à la culture des cités, comprendre au delà des mots, des apparences et des appartenances ethniques ou sociales.

Eric CHECCO

Jean-Claude Muaka, Eric Checco, Reginald, Criminols, Madi, Nrik, Othello, Avignon